AccueilAccueil  PortailPortail  SiteSite  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Meurtres à Londres [puisque je ne suis plus à Poudlard...]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dradra Jedusor

Parselmouth & Death Eaters' Owner
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2875
Age : 26
Localisation : Avec mon ordi à 2 écrans <3
Emploi/loisirs : Admin sadique, mais attachante/l'écriture <3 & la musique <3
Humeur : overdose de caféine, la vie va déjà un peu mieux

Feuille de personnage
Année/Métier: 21 ans/Médicomage
Animal domestique: Nagini, sa serpente; Cerdicus, Clemens & Casimirus, un runespoor; Edward MacGaller, le ministre de la magie et son inferius
Pensée du moment:


MessageSujet: Meurtres à Londres [puisque je ne suis plus à Poudlard...]   Lun 25 Aoû - 23:13

[Petit rappel pour que je n'ai aucun problème, les messages dans ce sujet pourrait choquer les âmes les plus sensibles, car les propos peuvent être très cru et violent. Merci de votre attention.]

Dradra sortait tout juste du bureau du ministre de la magie. Elle venait d'avoir un petit entretien avec lui fort intéressant. Certes, il voulait en savoir beaucoup plus qu'elle voulait lui en dire sur les mangemorts, mais ce n'était pas bien grave. Il était compréhensible qu'il soit un peu curieux. Elle ne lui avait pas répondu, ce n'était pas de ses affaires. S'il voulait le savoir il n'avait qu'à s'enrôler, tiens! Comme cela serait drôle et... ridicule, Edward, oui, elle l'appelait Edward elle trouvait cela plutôt... drôle. Donc, où en était-elle, ah oui il serait ridicule qu'il s'enrôle étant donné qu'il avait soif de pouvoir peut-être même autant qu'elle, ce qui n'était pas peu dire. Dradra était donc dans l'ascenseur et descendait les niveaux du ministère pour retourner dans le hall et rentrer chez elle, mais à la dernière minute elle changea d'idée. Elle avait déjà des contacts avec le ministre lui-même et dans le département des mystères, il était tant qu'elle agrandisse ses horizons. Elle était très persuasive quand elle le voulait, personne ne pouvait lui résister et si tu le faisais tu périssais. C'était simple comme règlement, mais efficace. Elle allait devoir le prouver encore une fois pourquoi elle était la chef des mangemorts. Elle avait du charisme, mais en avait-elle suffisamment pour ce qu'elle voulait accomplir aujourd'hui? Elle sortit de l'ascenseur, elle était au niveau 5: La coopération internationale. C'était la première fois qu'elle allait sur ce niveau, mais elle réussissait tout de même à marcher avec assurance comme n'importe qui de son rang l'aurait fait.

Après quelques minutes de marche elle trouva finalement ce qu'elle cherchait. Une grande porte de bois massif avec une petite plaque en or plaqué. Directeur de la coopération internationale - Angelus Daniel. Dradra hésita entre cogner et ouvrir la porte directement. Elle effleura doucement la porte du bout de ses doigts et opta pour la première option. Trois petits coups. Une voix grave lui dit d'entrer. Elle ouvrit doucement la porte et la referma de la même manière derrière. Mieux valait de ne pas attirer les regards des gens dans le couloir. Elle se rapprocha du directeur avec un sourire. Elle avait opté pour l'option jouer un rôle, elle avait appris grâce à ses nombreuses sources qu'il aimait bien les femmes. Elle s'assit face à lui et croisa la jambe doucement. Elle retira sa cape et la déposa sur le dossier de sa chaise, du coin de l'oeil elle remarqua qu'Angelus avait tout déposé prêt à l'écouter. Avoir voulu montrer son jeu, elle aurait rit, mais ce n'était pas le cas, alors elle resta impassible et commença l'«entretien».


-Monsieurs Daniel appelez-moi Angelus je vous pris oui, bien sûr, Angelus, j'aurais une faveur à vous demander.

Cela marchait encore mieux qu'elle n'aurait pu l'espérer. Il embarquait complètement dans le panneau. Elle ne savait pas s'il l'écoutait vraiment ou bien s'il ne faisait que regarder dans son décolleté, car Dradra portait une robe légère qui était noir avec quelques motifs vers émeraude pour donner un peu de couleur. Cette robe lui allait très bien. Puisqu'il semblait être tombé autant dans son piège, elle décida d'entreprendre la deuxième étape. Elle se leva et s'approcha dangereusement du directeur. Rendu face à lui, elle lui fit un sourire provocateur et alla s'asseoir sur lui à califourchon. Elle passa une main derrière son cou et jouait doucement avec ses cheveux. Il ne réagissait pas et même la tournure des événements semblaient lui plaire... bien... Il n'en serait que plus facilement manipulable. Elle commença à jouer tout doucement avec le premier bouton de sa chemise quand elle continua de parler.

-Vous avez sûrement entendu parler des mangemorts... oui, mais je ne voies pas en quoi ça me concerne mademoiselle.

Pendant qu'elle avait parlé, et lui aussi, elle avait déboutonné les trois boutons et elle continuait tranquillement son ascension. Elle affichait un léger sourire amusé sur ses lèvres. Elle ne répondit pas tout de suite à sa question et pendant ce temps il leva son bras avec sa baguette à la plus grande surprise de Dradra. L'avait-il reconnu? Cela ne sembla pas être le cas, car il pointa sa baguette vers la porte. Tiens... pour une fois qu'elle n'y avait pas pensé elle-même... Donc, le petit jeu allait se poursuivre sans problème et sans se faire déranger. La chemise du directeur était maintenant complètement déboutonné et Dradra passa sa main sur le torse de celui-ci quand elle ajouta.

-Vous êtes le directeur de la coopération internationale, alors vous devez savoir des choses que bien des gens ignorent c'est possible et le rapport avec les mangemorts une chose à la fois...

Le petit jeu avait assez duré maintenant. Il était temps de passer aux choses plus sérieuse, elle devait dire la véritable raison de sa visite, mais elle devait le faire en utilisant la ruse, car sinon toute la mise en scène avait servit à rien et il serait triste de briser plusieurs minutes de travail pour une réplique de trop, non? Bref... elle lui retira sa chemise et la lança un peu plus loin dans la pièce. Elle commença à s'attaquer au pantalon quand elle lui susurra à l'oreille.

-Comment réagiriez-vous si je vous disais que vous étiez présentement assis en-dessous de la chef des mangemorts?

Elle le sentit se crisper sous elle. Elle lui mordilla gentiment l'oreille pour le rassurer et elle baissa son pantalon et le lança juste à côté de la chemise. Maintenant sa baguette était loin et il ne pouvait pas aller bien loin dans la tenue qu'il était présentement. Elle releva la tête et plongea son regard dans celui d'Angelus et elle dit.

-Vous n'avez toujours pas répondu à ma question...

C'est à cet instant qu'elle vu sur son visage qu'il venait de comprendre qui elle était. Elle le sentit bouger sur son siège, comme s'il voulait se lever, alors rapidement elle sortit sa baguette et lança un sortilège pour le ligoter. Alors, elle se donna une petite poussée et alla plutôt s'asseoir face à lui sur son bureau ses deux pieds sur les genoux du jeune homme. Elle l'observait avec sourire. Tout d'un coup toute l'intimité qui avait été créé disparaissait et Angelus comprenait de plus en plus dans quelle situation il était, ce qui amusait grandement la princesse des ténèbres. Après un court moment de silence elle lui posa plusieurs questions et puisqu'il ne voulait pas répondre elle utilisait la légilimence pour lui extorquer les informations. Cela allait être utile quand les mangemorts allaient vouloir s'étendre plus loin que l'Angleterre. Puis, elle lui posa une dernière question, un ultimatum.

-La mort ou aider les mangemorts? ni l'un ni l'autre.

Sa voix était presque rageuse. Pourtant, il n'avait pas le choix de mourir. Si Dradra Jedusor décidait que vous étiez considéré comme mort c'était que vous étiez mort ou vous alliez mourir très bientôt. Elle se leva et marcha jusqu'à sa cape. Elle en sortit un petit objet métallique qui ressemblait à un couteau sans manche et elle retourna près de sa victime. Elle se rassit à nouveau sur lui et en approcha sa bouche de son oreille elle lui murmura.

-Tant pis pour vous, vous avez choisis la mort.

Elle rentra l'objet dans la nuque du directeur qui fut couvert de spasme et bien vite il fut immobile. Il tenait en place grâce au chaîne. Dradra laissa l'objet où il était, car elle avait gravé la marque des mangemorts dessus. Tout le monde allait savoir qu'elle était ou bien un mangemort, passé par ici. Elle récupéra sa cape et sortit comme si rien était. De toute manière ils allaient bien vite retrouver le corps. Elle retourna chez elle tout bonnement comme si elle avait eu une journée des plus banales.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dradrahistoires.skyblog.com
Dradra Jedusor

Parselmouth & Death Eaters' Owner
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2875
Age : 26
Localisation : Avec mon ordi à 2 écrans <3
Emploi/loisirs : Admin sadique, mais attachante/l'écriture <3 & la musique <3
Humeur : overdose de caféine, la vie va déjà un peu mieux

Feuille de personnage
Année/Métier: 21 ans/Médicomage
Animal domestique: Nagini, sa serpente; Cerdicus, Clemens & Casimirus, un runespoor; Edward MacGaller, le ministre de la magie et son inferius
Pensée du moment:


MessageSujet: Re: Meurtres à Londres [puisque je ne suis plus à Poudlard...]   Sam 13 Sep - 10:51

[Journée de la rentré des classes à Poudlard]

Premier septembre en après-midi. Annie Evans avait choisis de profiter de ses vacances jusqu'où bout. Puisqu'elle ne faisait pas partit de la direction et qu'elle avait déjà travaillé un peu sur son programme de cours, elle ne voyait pas l'intérêt d'arriver d'avance. Voir ses collègues? Elle n'en avait pas envie, elle avait l'impression qu'elle allait recommencer à recevoir des ordres, car elle était le «petite jeune». Elle se promenait sur le chemin de traverse croisant quelques étudiants, mais les évitant. Elle allait être leur professeur bien trop vite et elle allait avoir à les supporter durant une année complète. Souvent c'était des petits anges, mais il y avait des exceptions comme les serpentards qui ne cessaient d'être mesquin envers les membres de d'autres maisons. Elle soupira, ce n'était pas encore le moment de penser à l'école, car bien trop tôt elle allait être submergé par la correction. Elle décida de rentrer au chaudron baveur pour prendre un verre et discuter un peu avec le propriétaire, il était toujours si gentil avec elle. Ce qu'elle ne se doutait pas c'est que le hasard faisait parfois mal les choix, mais une chose à la fois. Elle rentra donc dans l'auberge et commanda un verre et commença à discuter avec le propriétaire durant quelques heures, il finit par la quitter parce qu'il devait s'occuper des chambres. Elle se retourna, alors pour regarder qui se trouvait dans la pièce avec qui elle pourrait parler. Il en avait beaucoup à qui elle ne voulait pas parler, car ils semblaient être de vieux sorciers pervers. Elle continua son observation quand elle remarqua une vieille femme au fond de la salle et à sa plus grande surprise la dame lui fit signe de s'approcher d'elle. Elle ignorait tout de cette vieille dame, mais pensant qu'elle voulait simplement voir un peu de jeunesse elle s'en approcha, sans aucune crainte. La vieille dame avec une cape épaisse brunâtre sur ses épaules avec un capuchon qui cachait la moitié de son visage. Son dos était courbé, sûrement à cause de toutes les années qu'elle avait dû traverser. On voyait les cheveux gris qui sortaient de son capuchon qui retombait doucement sur la table. Un bâton pour l'aider à marcher était à côté d'elle sur le mur. La dame lui fit signe de s'asseoir en face d'elle. Elle remarqua aussitôt la main extrêmement ridé. Cette main lui effleura la joue tranquillement et une voix chevrotante commença à lui parler.

-Vous êtes si jeune... Voudriez-vous aider une vieille femme comme moi qui est sur le bord de tomber en...morceaux. Oui, bien sûr sans problème.

Elle n'avait pas remarqué que la femme avait mis l'accent sur le mot morceau. Elle était encore jeune et quelque peu naïve. Elle ne voyait pas le danger partout. C'était une bonne chose en quelque sorte être encore insouciant, mais quand on tombe sur les mauvaises personnes et qu'on accepte de les aider, alors là... C'était comme si on demandait à notre mort d'arriver dans l'immédiat et c'est pratiquement cela qui allait arriver pour la jeune Annie. La vieille dame lui demanda tout simplement de l'aider à la raccompagner chez elle en trainant son sac. C'était beaucoup trop lourd pour ses vieux os en décomposition comme elle l'avait dit. Elle prit aussitôt le sac, sans se poser de questions, sans se demander ce qu'une femme pouvait avoir d'aussi lourd. Elle ne trouva même pas cela louche et pourtant, elle aurait dû, car l'arme de sa mort se retrouvait dans ce sac. Naïveté quand tu nous tiens. La vieille dame, prit son bâton et en s'appuyant sur celui-ci, elle se releva difficilement de sa chaise et commença à marcher d'un pas très lent à côté d'Annie. Elle ne cessait de répéter que ses vieilles jambes n'étaient pas aussi fortes qu'autrefois et combien elle était reconnaissante elle était. Elle lui promettait une récompense qu'elle n'oublierait pas. Annie était mal à l'aise par moment. Elle trouvait la vieille dame beaucoup trop... bienveillante. Elle avait l'impression que son travaille d'auror lui était monté à la tête. Il existait encore des gens de confiance après tout, le mal ne se cachait pas partout et cette vieille dame lui prouvait bien cela. Fallait dire qu'elle ne se doutait pas qu'en fait tout cela n'était qu'une comédie, car la femme sous la cape n'avait que vingt ans en fait... Mais cela, elle allait le découvrir bien trop tôt. Alors, où en étais-je? Ah oui, tous les deux marchaient côte à côte dans la ruelles, la ruelle sombre devrais-je dire, en train de parler de... des chats de gouttières en fait. Il n'était pas question de mangemort, ni de mort, un sujet tout à fait banal, mais qui fit un bien fou à Annie. Cela faisait un bon moment que toutes les conversations tournaient autour des «drôles d'événements» qui se déroulaient à Londres. Alors, vous pouvez vous douter qu'à ce stade-ci, elle n'était plus du tout sur ses gardes. Ce fut son erreur... fatal.

Sur l'ombre du mur, on pouvait voir la silhouette recroquevillé se relever tranquillement jusqu'à devenir complètement droite. Tout d'un coup la démarche incertaine et difficile devint fière et sûr. Les traces de maladies effacés, la jeunesse retrouvé. Annie ne s'en rendit bien trop tard, car un le bâton se fracassa sur son cadre. Ce qui semblait n'être que banal bâton de bois était plus dur que le roc. Elle tomba durement au sol. Le coup avait était pire que ne l'avait calculé Dradra. Et oui, la vieille dame n'était nul autre que la maîtresse des mangemorts jouant la comédie. Vous ignoriez qu'elle avait des talents de comédienne? Et bien, vous le savez maintenant. Où en étais-je? Ah oui, Annie. Elle était toujours étendue au sol et Dradra se pencha pour vérifier l'état de sa tête. Elle voulait la garder en bon état. Elle avait une idée et il ne fallait pas la gâcher pour un «petit» coup sur la tête de sa victime. Elle prit l'auror par le bras et transplana. Elle arriva dans une petite, très petite pièce, éclairé par la lumière orangé du soleil couchant. Elle déposa le corps inerte sur une chaise et à l'aide d'un sortilège l'immobilisa. Son but aujourd'hui n'était pas de faire souffrir la victime. Elle avait une autre préoccupation, elle voulait faire une petite surprise à une vieille connaissance. Pendant qu'elle se retournait pour aller chercher quelque chose plus loin. Elle avait complètement oublié que tout ce qu'elle avait de besoin était dans le sac, une forme rampante s'approchait du corps d'Annie. S'approchait dangereusement même. Un ami? Un ennemi? Non, mais une serpente affamée oui. Hypocrite, elle regarda derrière elle pour s'assurer que sa maîtresse ne la voit pas et commença à engloutir le corps. Quand la fourchelangue se retourna, il était déjà trop tard, enfin, Nagini avait engloutit jusqu'à la taille de l'auror. Elle soupira. Rendu à ce stade-ci elle ne pouvait plus l'arrêter. Par contre, elle lui dit quelques paroles, alors la serpente arrêta son ascension. Dradra s'approcha et sortit le sac qui était toujours maintenu dans la main d'Annie et l'ouvrit. Elle en sortit un étrange objet de métal recouvert. Elle le déposa sur la nuque de sa victime et celle-ci se cassa et ensuite avec un mouvement du poignet, toujours avec cet outil, elle fit tomber la tête dans le sac qui était maintenant vide. Elle indiqua à sa serpente qu'elle pouvait terminer son festin et se dirigea vers la fenêtre. Elle siffla, un hiboux vint, elle accrocha le colis à sa patte et le laissa partir. Il savait où il devait aller...

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dradrahistoires.skyblog.com
Invité

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Meurtres à Londres [puisque je ne suis plus à Poudlard...]   Jeu 29 Jan - 20:37

Une ombre se glissa le long d’une façade de briques brunes qui longeait les bâtiments. Les quartiers de Londres étaient bien sombres en ces temps et peu de gens osaient sortir seul. La nuit devait être tombée depuis une bonne heure, engouffrant dans son épaisse obscurité la ville toute entière. Dans ces environs, il n’y avait pas une seule lumière, c’était un coin oublié où personne ne s’aventurait, pas même en plein jour. Une odeur nauséabonde s’exhumait dans l’air, donnant un haut-le-cœur à quiconque oserait être de passage. Mais ce n’était pas ce qui semblait ralentir l’inconnu qui avançait à travers la pénombre. Elle marchait à une bonne vitesse, comme si elle tentait de fuir quelque chose… mais pourtant, ce n’était pas le cas. Bien au contraire, c’est elle qui traquait la proie. Et cette soi-disant proie allait lui filer entre les doigts si elle n’accélérait pas son allure. Dans un geste brusque, elle bifurqua sur sa droite. Piégé ! Elle ne pouvait trouver mieux qu’un cul-de-sac pour l’obliger à s’arrêter.

La personne qu’elle poursuivait fit volte-face et la fixa avec mépris. C’était une jeune femme, d’âge peu avancée. Juan ne lui donnait pas plus que la mi-trentaine. De toute évidence, elle était mangemort. Elle le savait pour avoir enquêté sur elle durant les trois derniers mois. Une dénommée Taylor Windstead. Cette sorcière lui avait donné du fil à retord, mais elle avait fini par la coincée. La main crispée contre sa baguette, elle s’avança vers la fugitive. Un sourire s’étira sur ses lèvres, tandis que son interlocutrice la dévisageait littéralement. Lentement, elle leva son arme, son ennemi répondant à son geste de la même façon.


- Tu m’as donné beaucoup de misère, tu le savais ça ?

Taylor échappa un rire moqueur.

- Tu croyais peut-être que j’allais te laisser m’attraper sans rien faire ? Tu te mets le doigt dans l’œil, petite…

Une vague de fureur envahi l’auror à entendre le dernier mot qui sorti de la bouche du mangemort. Son regard devint étrangement noir. Elle sentait cette colère incontrôlable monter en elle et vouloir s’emparer de son jugement. Juan tentait du mieux qu’elle pouvait de la retenir, mais cela lui en devenait de plus en plus difficile. Ses dents grincèrent d’indignation.

- Oh… aurais-je touché un point sensible ? demanda la sorcière d’un ton parfaitement sarcastique.

Là, c’en fut trop. À la vitesse de l’éclair, un sort jaillis de la baguette de la jeune femme, frappant son ennemie de plein fouet. Dans un hurlement de douleur strident, le mangemort s’écroula au sol, son corps parcourut par des spasmes répétitifs. Le manège dura quelques minutes, jusqu’à ce que l’auror lève son sortilège. Elle s’approcha alors de sa victime, une lueur plutôt meurtrière brillant dans son regard. Le visage de Taylor s’illumina d’un sourire mauvais. Sa main se glissa dans la poche de sa robe, fit quelques recherches furtives, puis une expression troublée remplaça sa joie. Ce fut au tour de Juan de lui donner un sourire ironique.

- C’est ça que tu cherches ? fit-elle en lui agitant une baguette sous le nez.

La sorcière tenta de s’en emparer, mais l’auror l’arrêta en lui enfonçant le bout de sa baguette au niveau de la gorge.

- Tutututu, on ne bouge pas…

La jeune femme fixa longuement son adversaire, cherchant le moyen le plus efficace de la faire parler, avant de l’emmener au ministère… si elle en sortait vivante… évidement. Juan avait cette fâcheuse habitude de se faire justice elle-même. De toute manière… que risquait-elle ? Un filet lumineux vint entourer sa victime et se transforma en corde. Comme ça, elle était certaine qu’elle ne bougerait pas. Après s’être assurée que personne ne les entendrait en jetant des sorts d’impassibilutus un peu partout autour d’elle, elle se tourna alors vers elle, en faisant rouler sa baguette entre ses doigts.

- Bon… Commençons par les questions faciles…

La jeune femme faisait des vas-et-viens devant sa prisonnière qui ne cessait de la suivre des yeux, sur le bord de perdre les pédales. Finalement, ça ne prit pas bien du temps avant qu’elle ne s’emporte et éclate.

- SI TU CROIS QUE JE VAIS TE DIRE QUOI QUE CE SOIT !!!! aboya le mangemort, folle de rage.
- FERME-LA ! coupa brusquement Juan en lui brandissant sa baguette sous le nez d’un geste menaçant.
- Vous ne me faites pas peur… persiffla Taylor les dents serrées.

Un sourire mauvais s’afficha sur les lèvres de l’auror, arrachant un frisson à son ennemie. Elle rapprocha son visage jusqu’à ce qu’elle ne soit qu’à quelques millimètres seulement de celui de la sorcière.

- Pas encore…

L’heure qui suivit fut terriblement pénible pour le mangemort. Chaque fois qu’elle refusait de répondre à ses questions ou qu’elle ne donnait pas une information suffisante, la jeune femme lui envoyait un sort qui lui arrachait des hurlements stridents. Le manège dura ainsi, jusqu’à ce que l’auror fut satisfaite de se qu’elle avait recueilli. Jugent sa victime assez malmené, Juan cessa ses sorts et s’approcha lentement de la prisonnière qui était sur le point de perdre connaissance. Même si elle n’avait pu lui soutirer mot sur qui était son maître, certains de ses plans tomberaient à l’eau si ce qu’elle savait s’avérait véridique. La jeune femme se pencha vers Taylor et lui agrippa fermement les cheveux pour l’obliger à la regarder, le visage étrangement sérieux. Le mangemort était ensanglanté, plusieurs plaies importantes saignants encore abondamment. Cependant, un sourire mauvais affichait toujours son visage. Après bref observation, elle lui déclara dans un souffle qui se voulait moqueur :

- Dommage que tu ne sois pas dans nos rangs… Tu aurais fait un excellent mangemort…

Juan reprit brusquement contact avec la réalité. Dans un geste brusque, une expression horrifié sur le visage, elle recula jusqu’au mur opposé, regardant mourir la victime de cette colère qu’elle n’avait su contrôlé, agonisante. Des spasmes parcourent le corps de la mourante et cette dernière s’immobilisa. Sentant la panique l’envahir face à cet atrocité qu’elle venait de commettre, l’auror se laissa glisser sur le sol, les larmes ruisselants sur son visage et le regard littéralement vide. Au bout de quelques minutes de débat contre sa conscience, elle se releva brusquement. Ses yeux parcourent la scène de crime… Il lui fallait camoufler ce qu’elle venait de commettre… Jamais personne ne devait être au courant de ce qui était arrivé ici. Non… personne… Il ne devait pas avoir de témoin…

Dans une hâte de quitter ces lieux souillés par le sang du mangemort, Juan masqua le tout pour que la scène ressemble à une bataille qui aurait mal tourné. Elle pouvait sentir son cœur battre à la chamade et ses membres trembler. Jamais la jeune femme ne se souvenait s’être rendue aussi loin dans sa colère. Elle s’était toujours contrôlée avant que tout ne tourne mal, mais, cette fois, elle n’y était pas parvenue… Est-ce que d’autres évènements comme celui-ci se reproduiraient ? Si quelqu’un s’apercevait de se côté sombre qu’elle s’efforçait tant bien que mal de cacher, que deviendrait-elle ? Tant de questions se bousculaient dans sa tête et elle n’arrivait pas à y voir clair. Regardant encore une fois les lieux pour s’assurer de n’avoir rien oublié, elle rectifia le dernier détail en laissant rouler la baguette de son ennemi non loin de son corps, comme si elle l’avait échappé en tombant. Espérant que sa mise en scène passerait comme du beurre, elle transplana dans un crac sonore, ayant maintenant l’intention d’aller déclarer cette fausse bataille au ministère pour que l’on vienne récupérer le corps.
Revenir en haut Aller en bas
Dradra Jedusor

Parselmouth & Death Eaters' Owner
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2875
Age : 26
Localisation : Avec mon ordi à 2 écrans <3
Emploi/loisirs : Admin sadique, mais attachante/l'écriture <3 & la musique <3
Humeur : overdose de caféine, la vie va déjà un peu mieux

Feuille de personnage
Année/Métier: 21 ans/Médicomage
Animal domestique: Nagini, sa serpente; Cerdicus, Clemens & Casimirus, un runespoor; Edward MacGaller, le ministre de la magie et son inferius
Pensée du moment:


MessageSujet: Re: Meurtres à Londres [puisque je ne suis plus à Poudlard...]   Ven 10 Juil - 11:46

[Coeur sensible s'abstenir]

La nuit était belle, le ciel étoilé, parfait pour aller prendre une marche... Pas pour Dradra Jedusor, pour elle c'était la nuit parfaite pour tuer. Elle commençait à avoir des spasmes, elle avait besoin de sang, de voir bien du sang. Elle contacta un de ses mangemort, un loup-garou, c'était soir de pleine lune, elle voulait qu'il l'accompagne. Pas qu'elle avait peur, oh non, elle voulait voir sa technique pour tuer. Ça ne lui dérangeait pas d'avoir un peu de sang sur sa cape, ce n'est pas comme si ça allait être la première fois. Il se promenait dans les rues de Londres, comme un couple, ils cherchaient leur victime, la première de la soirée. Les rues étaient complètement désertes par les temps qui couraient, c'était plutôt décevant. Ils allaient devoir cogner. Dradra cogna & jouant la comédie, elle disait que son mari avait eu un malaise, elle était vraiment inquiète, elle avait peur qu'il lui arrive quelque chose ou que quelqu'un arrive pour l'achever. Elle réussit même à y mettre quelques sanglots. Elle ne savait pas à quel point, elle avait cogné à la bonne porte, Tomme J. Carol, guérisseuse réputée à St-Mangouste & Alexandre Haser deuxième du nom, membre de l'ordre du phénix, c'était de leur devoir d'aider ceux dans le besoin. Tomme fit entrer Dradra à l'intérieur, qui remarqua aussitôt la table avec les chandelles, elle s'excusa de les déranger, mais la guérisseuse s'empressa d'ajouter que ce n'était pas important & Alexandre alla chercher le corps du loup-garou. La porte était à peine refermé que le loup-garou retira son capuchon & mordit de pleine dent dans la chair du jeune garçon de 18 ans. Dradra pointa sa baguette sur miss. Carol & lui indiqua qu'elle allait devoir observer le spectacle. Voir la lente morte de son petit copain sous ses yeux. Le loup-garou comprit le message, il arrachait les chairs lentement, mâchant la viande fraiche lentement, le griffant, le faisant saigner à vif, tout ça très lentement. Tomme J. Carol pleurait, suppliant comme la tue & qu'on le tue pour faire cesser ses souffrances, elle n'en pouvait plus. Ce fut une mort lente & pénible pour le jeune Haser deuxième du nom. Dradra avait un sourire sadique accroché au visage, mais bien trop vite à son goût, le jeune homme mourut au bout de son sang. Le loup-garou trancha la gorge du jeune homme & vint la déposer sur les genoux de la guérisseuse qui poussa un cris qui transperçait la nuit.

-Ne dépense pas trop ton énergie, la nuit ne fait que commencer...

Elle sortit un couteau qui avait été préalablement trempé dans le poison, un poison qui agissait très lentement, on le sentait passé dans nos veines, lentement, mais sûrement, l'intérêt était de faire vivre la personne le plus longtemps pour qu'elle meurt par le poison & non au bout de son sang, donc il ne fallait pas faire d'entaille trop près du coeur, sinon le jeu n'était pas amusant. Elle fit une première entaille sur sa joue, Tomme J. grinça des dents, mais ne cria pas, elle savait que son coeur battrait plus vite & que le poison se propagerait plus rapidement. Dradra sourit, elle avait bien comprit le jeu, elle avait peur qu'elle voudrait en finir le plus rapidement possible. Peut-être espérait-elle avoir le temps de prendre un anti-poison? Elle ignorait qu'il n'existait aucun antidote puisque c'était la chef des mangemorts qui avaient créer cette potion. Devait-elle lui dire? Non, tout le plaisir serait gâché. Elle tailladé sa peau, un coup de couteau à la fois & une éraflure à la fois le poison se propageait. Elle voyait que la guérisseuse arrivait à bien contrôler sa respiration, allons voir si elle pouvait supporter ça. Elle planta le couteau dans sa main & il traversa de bord en bord. Elle cria & le rythme de son coeur augmenta grandement. Voilà qui était mieux. Au bout d'une heure, elle finit par mourir dans un bain de sang, mais ce fut le poison qui l'acheva, Dradra venait de gagner son jeu, mais elle avait encore une envie de sang, ce n'était pas suffisant. Elle renvoya le loup-garou se promener où elle le souhaitait, elle voulait être seule.

Elle alla au cimetière, elle ne pensait pas vraiment rencontré quelqu'un, mais elle trouvait que c'était un beau lieu pour réfléchir, mais la chance fut avec elle. Elle aperçu une silhouette pencher sur une pierre tombale. Un sourire s'accrocha à ses lèvres. Elle s'approcha & se mit derrière la personne sans se faire entendre. Elle chuchota «c'est dur de perdre ceux qu'on aime», la personne se retourna en sursaut, Dradra sourit davantage quand elle reconnut son ancienne élève, Alexia Makynof. La soirée était vraiment belle... D'un coup de baguette, elle ligota la jeune fille contre la pierre tombale & elle ajouta «je vais te permettre de retrouver tes proches». Elle ne mentionna pas le fait que ce soir, elle avait envie de voir les gens souffrir. Elle ressortie son couteau, il était encore pleins de sang. Elle l'essuya sur les vêtements de la blondinette, dans un calme effrayant. Elle s'accroupit & commença à retirer la peau sur sa jambe gauche, Alexia se mit à crier de manière hystérique, son muscle était maintenant à nu, Dradra fit apparaître du fils de broche & se mit à l'enrouler autour du muscle & serrer, de plus en plus fort, la broche rentrait profondément dans la chair. La chef des mangemorts répéta l'action sur l'autre jambe, puis sur les bras. La douleur était tellement vie que l'ancienne Gryffondor, n'avait même plus la force de crier & elle n'était pas encore au bout de ses peines. Dradra se releva, toujours dans son calme comme si elle était tranquille chez elle & leva sa baguette, Alexia croyait qu'elle allait enfin l'achever, mais ce n'était pas le cas, c'était bien pire, elle fit de la lumière du bout de sa baguette, une lumière aussi vive que le soleil, les chairs de la jeune fille brûlait. Elle recommença à crier puis, elle n'en pouvait plus, elle tomba inconsciente. Vu que son jeu était rendu dans les pommes, elle l'acheva d'un Avada Kedavra. Elle laissa le corps attacher à la tombe & retourna chez elle, satisfaites de sa soirée.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dradrahistoires.skyblog.com
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Meurtres à Londres [puisque je ne suis plus à Poudlard...]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Meurtres à Londres [puisque je ne suis plus à Poudlard...]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvelle Époque :: 
Londres & les environs
 :: 
Londres
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit